Plateau technique

L'AP-HP ouvre 5 mois plus tôt le bâtiment réanimation d'Henri-Mondor

À Créteil, le nouveau bâtiment réanimation-blocs-interventionnel de l'hôpital Henri-Mondor ouvrira ses portes dès la mi-avril et non en septembre. Soit 55 lits de réanimation et 30 lits de soins critiques supplémentaires pour faire face au Covid-19.Initialement, le nouveau bâtiment réanimation-blocs-interventionnel (RBI) de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) devait être réceptionné en mai prochain par l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) pour une ouverture en septembre. Finalement, un don du groupe aéronautique Dassault va permettre d'achever les travaux "dans des délais accélérés", a annoncé le 26 mars le CHU francilien dans un communiqué. L'objectif est désormais de parvenir à "une mise en service partielle, anticipée et provisoire des lits de réanimation et de soins critiques du bâtiment", afin de contribuer à la montée en charge des capacités de l'AP-HP face au pic épidémique de coronavirus Covid-19 (lire notre article). Au 24 mars, le CHU indiquait disposer d'un total à 546 lits de réanimation dédiés au Covid-19, un nombre amené à grimper à 660 d'ici le week-end puis à près de 810 sous sept jours.


41 lits de SSR en salles de réveil

Ainsi, le CHU envisage-t-il une ouverture du nouvel ensemble dès la mi-avril pour les 55 lits de réanimation et les 30 lits de soins critiques, ainsi que pour 41 lits de SSR à installer dans les salles de réveil du bloc opératoire. L'appui financier de Dassault va entre autres servir à finaliser les achats nécessaires en lits de réanimation, respirateurs, pousse-seringues, scopes et autres matériels de surveillance, etc.

Officiellement lancé au printemps 2017 — même si l'aval du CHU remonte à 2013 —, ce vaste projet immobilier consiste en la construction d'un nouveau bâtiment de 12 498 m2 répartis en six niveaux, siglés haute qualité environnementale (HQE) et signé par le cabinet Brunet Saunier Architecture. L'investissement s'élève à 56 millions d'euros (M€). À noter que pour faciliter les déplacements des ambulances et des 3 500 personnes qui travaillent quotidiennement sur le site, le bâtiment a été construit sur pilotis, lesquels sont organisés autour d'un noyau central qui accueille des salles de réunion et des services annexes de l'hôpital. Cette solution de construction permet de libérer de l'espace au sol pour ces flux mais aussi de répondre à la problématique de zone inondable du site (lire notre article).

Thomas Quéguiner

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours