Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Offre de soins

Le CH de Cosne-Cours-sur-Loire peut réaliser des scanners urgents sur site

Afin de faciliter la gestion de crise du Covid-19, l'hôpital de Cosne-Cours-sur-Loire est autorisé à utiliser le scanner non utilisé dans la clinique voisine. Une solution qui est seulement temporaire, le temps de l'épidémie.En raison de la suspension de son autorisation d'activité de chirurgie, le groupe Kapa Santé avait décidé la cessation définitive d'activité de la clinique du Nohain, implantée à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre). Dans ce contexte et en raison d'une enquête pour abus de biens sociaux, une saisie conservatoire pénale de l'ensemble immobilier avait été prononcée. Dans le même temps, le centre hospitalier, qui gère le service des urgences, ne disposait plus de l'accès au scanner de cette clinique pour cette activité.

"Si les dispositions avaient été prises pour maintenir un accès à ce type d'imagerie pour les patients se présentant aux urgences, en renforçant les transports sanitaires vers le centre hospitalier de l'agglomération de Nevers (Nièvre), cette solution palliative est inadaptée dans la gestion de la crise Covid-19", reconnaît l'ARS Bourgogne-Franche-Comté dans un communiqué. Elle officialise par ce biais la réquisition de cet équipement non utilisé — le service des urgences étant déjà adossé aux locaux de la clinique. Cette réquisition est prononcée par la préfecture de la Nièvre, dans un arrêté non encore publié au recueil des actes administratifs.

Elle "prend effet à compter de ce jour et jusqu’au 23 mai prochain, au terme prévu par la loi de l'état d'urgence sanitaire", précise l'ARS. Cette dernière martèle qu'il s'agit d'un "redémarrage transitoire". En ce sens, seulement les scanners urgents seront réalisés dans ce contexte épidémique. Cette activité de radiologie sera opérationnelle dans le courant de la semaine du 30 mars. Un éventuel équipement en propre du centre hospitalier n'est pas évoqué par l'ARS, qui espérait trouver un repreneur pour la clinique avant la liquidation judiciaire en décembre 2019.

Jérôme Robillard

À la une

À la une

Gestion des risques — Les enjeux Covid en psychiatrie sont une "urgence absolue" selon des instances nationales

Lire l'article

Politique de santé — Le moratoire sur les départs des personnes handicapées en Belgique est-il tenable ?

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement