Gestion des risques

Santé publique France associe 90% des décès pour Covid-19 à une comorbidité

Dans son deuxième suivi hebdomadaire du coronavirus, Santé publique France analyse plus en profondeur les cas graves admis en réanimation. Entre le 16 et le 29 mars, cela a concerné 1 325 patients, dont 38 professionnels de santé.À l'occasion de son deuxième point épidémiologique hebdomadaire de suivi de la pandémie de Covid-19, Santé publique France propose ce 2 avril un focus des cas graves admis en réanimation. "Cette surveillance débutée mi-mars est basée sur un réseau sentinelle de services de réanimation volontaires", souligne l'agence dans son bulletin (à télécharger ci-dessous). Objectif affiché : documenter les caractéristiques de ces cas graves mais aucunement tous les dénombrer.

La ventilation invasive majoritaire

Ainsi depuis le 16
 mars, 1 325 cas sont répertoriés par les 113 services de réanimation participant à cette surveillance, dont 753 cas admis du 23 au 29 mars (contre 406 la semaine précédente). Toute la métropole est concernée ainsi qu'outre-mer La Réunion et les Antilles. Parmi tous ces cas, "38 étaient des professionnels de santé et 4 des femmes enceintes", précise Santé publique France. L'âge moyen des cas graves s'élève à 64 ans (21% étaient âgés de 75 ans et plus), en sachant que dans la majorité des situations (62%), une comorbidité est au moins attestée : diabète (24%) puis pathologie cardiaque (21%).

Au sujet des éléments de gravité, le syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) s'avère dans un tiers des cas sévère (30%) et dans un autre tiers (modéré). Et sur le type de ventilation initial, c'est la ventilation invasive qui très largement prédomine (57%), puis l'oxygénothérapie à haut débit (18%). De manière très anecdotique sont également listées la ventilation non invasive avec oxygénothérapie à haut débit (2%) et l'oxygénation par membrane extra-corporelle (Ecmo) et épuration extracorporelle du CO2 (Ecco2R, 1%).

Enfin sur l'ensemble de ces 1 325 cas graves, 83 décès sont recensés avec un âge moyen à 74 ans. À noter ici que le poids de la comorbidité est encore plus prégnant puisque présente dans 90% des décès : pathologie cardiaque (51%), diabète (37%) et pathologie pulmonaire (24%). Trois décès concernent des professionnels de santé.

Des déclarants en hausse dans Sivic

Plus globalement, l'agence sanitaire ne cache pas que "les nombres journaliers des nouvelles admissions de patients Covid-19 en réanimation et des nouveaux décès montrent de nettes augmentations qui s'accentuent sur les derniers jours" du mois de mars. Il en va ainsi le 31 mars avec 767 nouvelles admissions en réanimation rapportées (contre 694 la veille et 543 deux jours plus tôt) et 526 décès (contre respectivement 423 et 295). En outre, la répartition géographique des cas hospitalisés en réanimation au cours de cette seule journée montre l'importance de ces admissions particulièrement en Île-de-France, dans le Grand-Est et les Hauts-de-France.

Un bémol toutefois sur les tendances énoncées par Santé publique France et leur interprétation : une certaine "vigilance" s'impose en effet, le nombre d'établissements déclarants des patients Covid-19 dans le système d'information pour le suivi des victimes (Sivic) ayant augmenté au cours temps et n'est donc pas à hôpitaux constants*.

Thomas Quéguiner

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours