Articles


Éducation

L'Apajh de la Somme maintient en fonctionnement l'accueil temporaire pour enfants autistes

Alors que la question de la réouverture d'accueils temporaires devient de plus en plus pressante dans la durée du confinement, l'Apajh de la Somme a choisi il y a trois semaines de maintenir et intensifier son service dédié aux enfants autistes. Avec le confinement, l'immense majorité des accueils temporaires pour enfants ou adultes handicapés ont fermé leurs portes. Alors que certaines familles appellent au secours, que de nombreux opérateurs se posent la question de leur réouverture et que Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des Personnes handicapées, a annoncé le 4 avril, la possibilité de rouvrir des internats pour une période de 7 à 14 jours (lire notre article), l'Apajh de la Somme a fait le choix de ne pas fermer son unité d'accueil temporaire dédié aux enfants autistes. Au contraire, l'association a élargi les plages horaires de ce service innovant pour permettre à 5 jeunes à la fois de bénéficier de cette solution de répit de court terme.

Dès le début du confinement

"L'unité d'accueil temporaire innovante était jusqu'à présent ouverte le soir et pendant la moitié des vacances scolaires, explique à Hospimedia Philippe Lorenzo, président de l'Apajh de la Somme. Nous travaillons en collaboration étroite avec l'association Soutenir l'autisme et les troubles envahissants du développement (Sated) qui a un agrément accueil de loisir jeunesse et sport et propose des activités en complément des nôtres, avec d'ailleurs de nombreux professionnels communs, dans une maison avec un grand jardin à Belloy-sur-Somme, à l'ouest d'Amiens. Dès que le confinement s'est décidé nous avons fait la proposition à l'ARS Hauts-de-France, qui l'a acceptée, de déplacer notre accueil temporaire initialement basée au sein de notre institut médico-éducatif (IME) à Pont-de-Metz, au sud d'Amiens dans la Maison Sated qui dispose de plus d'espaces verts".

Après avis favorable du
comité social et économique, les professionnels volontaires de l'IME et des services d'éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) ont été invités à rejoindre l'unité d'accueil temporaire innovante délocalisée. Cinq jeunes par jour avec autant d'encadrants y sont désormais accueillis, pour un agrément maximal de huit. "Nous avons redimensionné l'accueil à une ouverture permanente en fonction de nos forces vives, sachant que nous devons faire face à beaucoup d'arrêts maladie pour garde d'enfants car les gardes collectives ne sont pas en nombre suffisants", commente Philippe Lorenzo.

Un accueil élargi pour des jeunes apaisés

Les professionnels se relaient à raison de de
ux jours de travail sur place et trois jours de repos où il s'engagent à remplacer au pied levé un collègue défaillant. Les jeunes, quant à eux, sont accueillis pour une période de 24 à 72 heures avec deux nuits sur place. 17 enfants entre 4 et 18 ans ont déjà bénéficié de ce service nouvelle formule depuis le début du confinement ; certains une fois, d'autres à plusieurs reprises. L'accueil qui était jusqu'à présent réservé aux résidents de la Somme a été élargi aux départements limitrophes sur demande d'associations partenaires. Les demandes sont étudiées par la cellule de coordination Covid-19 de l'Apajh de la Somme.

L'équipe encadrante propose des activités d’intérieur et dans le grand jardin. Une coordinatrice médico-sociale fait le lien avec les familles et les partenaires qui sollicitent l’Apajh de la Somme tandis qu'une infirmière gère les suivis médicaux. Les professionnels sont équipés de masques et rappellent en permanence les gestes barrières. "Jusqu'à présent, nous n'avons pas rencontré de soucis particulier. Au contraire, le port du masque limitant les expressions du visage, les enfants autistes se sentent moins bombardés d'information sensorielle et sont plus apaisés. Enfin, ce nouveau fonctionnement nous montre toute la pertinence d'un accueil temporaire ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et nous amène à réfléchir à une nouvelle organisation en partenariat avec l'association Sated à l'issue du confinement", conclut Philippe Lorenzo.

Emmanuelle Deleplace

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours