Info Hospimedia

Une surveillance hebdomadaire du personnel de santé atteint de Covid-19 est opérationnelle

Le ministère des Solidarités et de la Santé annonce à Hospimedia la mise en œuvre d'une surveillance hebdomadaire des cas de Covid-19 parmi le personnel des établissements de santé. Ce dispositif n'intègre pas les professionnels libéraux infectés. Le 23 avril, le Groupe d'étude sur le risque d'exposition des soignants aux agents infectieux (Geres) a annoncé le lancement d'une grande enquête sur le contexte de contamination par le Sars-Cov-2 des soignants et de tout personnel assurant des soins ou l'accompagnement de patients ou d'usagers du système de santé (lire notre article), avec le soutien de la Haute Autorité de santé (HAS) et de Santé publique France. Contacté par Hospimedia, ce 27 avril, le ministère des Solidarités et de la Santé apporte des précisions sur ce dispositif.

Un outil opérationnel et multisources

"Jusqu'à présent, une revue des personnels soignants infectés et victimes pouvait se faire à l'échelle locale et de façon marginale", reconnaît le ministère. Dès lors, "devant le besoin évident mis au jour", un dispositif officiel était à l'étude afin de permettre un recensement des cas Covid-19 parmi l'ensemble des professionnels des établissements de santé et d'établissements sociaux et médico-sociaux. "Cet outil multisource est désormais opérationnel et permettra donc au niveau national et de façon uniforme une remontée des signalements des cas au sein des établissements de santé et des établissements sociaux et médico-sociaux", décrit le ministère de la Santé.

Ce dispositif, mis en place sous l'égide de Santé publique France, repose sur plusieurs volets. Il s'agit d'abord de signaler les cas Covid-19 par les établissements sociaux et médico-sociaux concernés et remontés aux ARS. Il doit ainsi permettre la mise en en œuvre d'une surveillance hebdomadaire des cas de Covid-19 parmi le personnel des établissements de santé. "Le référent désigné par le directeur de l'établissement relevant du service de santé au travail ou de l'équipe opérationnelle d'hygiène ou de la direction des soins, renseigne une fois par semaine les données agrégées dans une application élaborée à cette fin", poursuit la tutelle. Différentes catégories sont recensées : médecins, sages-femmes, infirmiers, aides-soignants, internes et élèves, et autres professionnels de santé. Toutefois, ce dispositif ne prévoit pas de recensement des professionnels libéraux infectés.

"Ces données seront donc partielles et dépendront de la déclaration de chaque établissement. Les données sont anonymes, il s'agit d'un recueil épidémiologique", complète le ministère. Les ARS, dans le cadre de ce dispositif, accompagneront l'ensemble des acteurs médicaux dans l'application de ce mode de comptage, assure-t-il enfin.

Clémence Nayrac

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours