Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Gestion des risques

Les visites en Ehpad s'organisent sous haute surveillance avec charte et questionnaire

Le protocole gouvernemental des visites en Ehpad a fixé les grandes règles permettant théoriquement d'envisager de nouveau des visites en Ehpad. Reste toutefois aux établissements à rendre possible la chose via un questionnaire et une charte.Dans la foulée du protocole des visites en Ehpad, largement inspiré du rapport de mission de Jérôme Guedj (lire aussi notre article), l'Uniopss publie sur son site deux modèles type de charte et de questionnaire à soumettre aux personnes qui souhaitent rendre visite à un résident. Le protocole gouvernemental publié le 20 avril prévoit en effet que pour pouvoir entrer en Ehpad "les proches signent une charte de bonne conduite par laquelle ils s’engagent à respecter l’intégralité du protocole et des mesures sanitaires. Le contenu de cette charte est adapté selon les contraintes de l’établissement".

Un engagement de toutes les parties

La signature de la charte engage l’établissement, les usagers et les visiteurs, est-il rappelé en préambule du texte modèle. Deux principes paradoxaux plutôt mis à mal en période de crise sont aussi indiqués. Ainsi ces visites ont pour objet "de maintenir le lien social entre les résidents de l’établissement et leurs proches et ce afin de lutter et/ou prévenir une détresse psychologique avec incidences sur leur état de santé". Un bémol de taille s'impose néanmoins : "cet objectif vertueux ne doit pas faire oublier la nécessaire maîtrise du risque de contagion. Ce risque est par principe accru par toute visite". C'est sur ces deux "obligations" que s'est construit le protocole des visites et par conséquent cette charte.

Limiter tous les risques

Cette dernière rappelle les principales règles d'organisation des visites. Elles sont organisées sur rendez-vous, un seul visiteur majeur est reçu en priorité à l'extérieur et l'après-midi. Il est aussi indiqué que le visiteur ne doit pas porter de bijoux. Son manteau et ses effets personnels (sac à main, etc..) seront mis dans un sac plastique et laissé dans un local le temps de la visite. Il est aussi précisé que "les objets et denrées non périssables ramenés par le visiteur seront conservés 24 heures dans une salle fermée afin de limiter les risques de transmission du virus par le contact avec les objets. Ils ne peuvent être transmis de mains à mains aux résidents".

Le visiteur montre patte blanche

Avant de rencontrer le résident, le visiteur passe par un sas avec lavage des mains, pose de masque, prise de température. Pendant sa visite, il suit le parcours qui lui sera indiqué, il respecte la distance d'1,5 mètre de sécurité entre lui et le résident et aucun contact physique n'est possible. À l'issue de la visite, un nouveau rendez-vous est envisageable. La charte insiste aussi sur le respect des consignes protocolisées et du temps imparti. Outre ces précautions le visiteur arrive avec une auto-attestation de bonne santé ayant, en amont de sa visite, rempli un questionnaire attestant de sa bonne santé.

Lydie Watremetz

À la une

À la une

Gestion des risques — Les enjeux Covid en psychiatrie sont une "urgence absolue" selon des instances nationales

Lire l'article

Politique de santé — Le moratoire sur les départs des personnes handicapées en Belgique est-il tenable ?

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement