Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.

Articles


Qualité

La HAS précise les alternatives au midazolam en soins palliatifs

Face aux tensions d'approvisionnement sur le midazolam, utilisés en réanimation comme en soins palliatifs, la HAS délivre des réponses rapides pour accompagner la sédation en phase palliative dans ce contexte.À la demande de la DGOS, la Haute Autorité de santé (HAS) élargit ses recommandations relatives à la prise en charge médicamenteuse en situations palliatives (lire notre article) au traitement de l'anxiété. Elle livre en ce sens des réponses rapides visant à épargner le midazolam, une molécule qui fait l'objet de fortes tensions d'approvisionnement en raison de la forte consommation dans les services de réanimation. En matière de soins palliatifs, elle est également la molécule de référence pour la réalisation des sédations profondes et continues jusqu'au décès.

La HAS met ainsi l'accent sur l'utilisation des benzodiazépines comme alternative au midazolam. "Il est à souligner que ces réponses rapides sont établies dans le contexte de l'épidémie de Covid-19 et dans des situations palliatives qui peuvent donc amener à utiliser les benzodiazépines à titre exceptionnel en dehors de leur autorisation de mise sur le marché", souligne l'agence en rappelant que ces préconisations ne s'appliquent qu'au cours de la période d'urgence sanitaire.

La HAS liste ainsi les molécules utilisables et leur posologie pour le traitement de l'anxiété et dans les pratiques sédatives. Le recours au midazolam est ainsi restreint aux sédations brèves pour les soins douloureux en l'absence ou insuffisance du protoxyde d'azote ainsi que pour les sédations en urgence chez les patients dépourvus de voie veineuse. "Pour les pratiques sédatives, et encore plus dans des conditions d’un accès restreint au midazolam, il est conseillé de se rapprocher d'une équipe compétente en soins palliatifs", insiste la HAS. Cette dernière précise en annexe la pharmacocinétique des benzodiazépines pour ajuster les posologies et prévenir les erreurs médicamenteuses.

Jérôme Robillard

À la une

À la une

Politique de santé — Des syndicats appellent les médecins coordonnateurs à ne pas vacciner les salariés d'Ehpad

Lire l'article

Économie — La maturité de la fonction achat permet une orientation plus technique du programme Phare

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement