Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Politique de santé

Le Gouvernement révoque le DG de l'ARS Grand-Est après ses propos polémiques

Christophe Lannelongue

Le Conseil des ministres de ce 8 avril remplace Christophe Lannelongue par Marie-Ange Desailly-Chanson à la tête de l'ARS Grand-Est. L'ancien directeur général retourne dans le corps de l'Igas en raison de ses propos sur les suppressions de postes au CHU de Nancy.Ses propos tenus sur le maintien de la trajectoire décidée par le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo) pour le CHU de Nancy (Meurthe-et-Moselle) lui auront finalement coûté son poste. Lors de sa séance du 8 avril du Conseil des ministres, le Gouvernement démet ainsi Christophe Lannelongue de ses fonctions de directeur général (DG) de l'ARS Grand-Est.

Une "position personnelle" selon le Gouvernement

À la suite de sa prise de parole, à rebours de l'annonce du plan pour l'hôpital d'Emmanuel Macron, le président de la République, le Gouvernement avait rappelé que les plans de réorganisation étaient suspendus. "Nous considérons important qu'un haut fonctionnaire applique toutes les recommandations politiques nationales", avance Sibeth Ndiaye, porte-parole du Gouvernement à l'issue du Conseil des ministres. Elle estime que Christophe Lannelongue a exprimé une "position personnelle" sur la situation à Nancy (lire notre article). "Pour une bonne déclinaison des politiques, il faut de la fluidité entre l'échelon national et l'échelon local", poursuit-elle en saluant le travail réalisé par l'ensemble des agents des ARS face à l'épidémie.

Sollicité par Hospimedia, Christophe Lannelongue n'a pas donné suite à l'heure où nous publions. "Je ne suis pas en colère. Je ne fais pas de politique, je suis un fonctionnaire loyal. Je ne dis pas que je suis indispensable. On faisait et on fait du très bon travail, avec des équipes et du personnel soignant remarquables", précise-t-il à Libération. Proche de la retraite, il réintègre le corps de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Il est remplacé par Marie-Ange Desailly-Chanson, également inspectrice Igas, à la direction générale de l'agence. Membre de la cellule de crise nationale sur l'épidémie, elle "sera opérationnelle rapidement", estime le Gouvernement. Médecin biologiste, elle a exercé de 1990 à 2006 comme praticien hospitalier au CH départemental de Vendée. Présidente de la commission médicale de l'établissement (CME), elle fut la secrétaire générale de la conférence nationale des présidents de CME de CH. Elle est ensuite devenue conseillère générale des établissements de santé au sein de l'Igas. Elle a notamment participé à l'administration provisoire des CH de Roanne (Loire) et Basse-Terre (Guadeloupe). Elle est inspectrice des affaires sociales depuis 2015.


Jérôme Robillard

À la une

À la une

Droit — Le Conseil d'État suspend l'interdiction de sortie en Ehpad et le ministère "prend acte"

Lire l'article

Éthique — Les aumôniers hospitaliers ont dû revisiter leur soin des âmes face au Covid-19

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement