Dialogue social

Les urgentistes appellent à pénaliser les hôpitaux qui laissent les services sous tension

Une semaine après le discours d'Agnès Buzyn, Samu-Urgences de France la prend au mot par des mesures "pragmatiques" et "immédiates" : cesser le "harcèlement" en cas d'arrêt maladie, verser dès juillet la prime de risque, maintenir les lits d'aval...En écho aux déclarations de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 6juin au congrès Urgences, Samu-Urgences de France(SUDF) réclame "immédiatement" des mesures "simples et pragmatiques" pour "donner de l'oxygène" aux services…

Vous devez être abonné pour lire la suite

Je suis abonné

Testez-nous gratuitement pendant 7 jours


A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Envie d'en savoir plus ?

Découvrez le service