Articles


Recherche

2,5 M€ supplémentaires sont alloués à la recherche sur le coronavirus

Comprendre la maladie, son mode de transmission, sa gravité clinique et élaborer des contre-mesures efficaces pour endiguer la flambée épidémique. Telles sont les ambitions de la recherche sur le coronavirus, qui bénéficie de moyens supplémentaires.La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, ont annoncé ce 10 février des moyens supplémentaires pour la recherche sur le coronavirus. 2,5 millions d'euros (M€) en l'occurrence. Dans un communiqué commun, les deux ministères expliquent débloquer dans un premier temps "un demi-million d'euros pour renforcer les moyens déjà engagés par les laboratoires de recherche" sur le coronavirus et compléter dans un second temps par 2 M€ issus du ministère de la recherche.

Ce soutien bénéficiera au consortium multidisciplinaire et multi-institutionnel Reacting (pour research and action targeting emerging infectious diseases). Coordonné par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et placé sous l'égide de l'Alliance de recherche en sciences du vivant et santé (Aviesan), il est mobilisé pour assurer le partage d'informations scientifiques et coordonner l'effort de recherche français depuis l'annonce en janvier par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de premiers cas suspects d'une épidémie en Chine. Il a identifié plusieurs axes de recherche, rappellent les ministères : "le suivi et la modélisation de l'épidémie, la caractérisation du virus, la mise en place et l'amélioration des techniques de diagnostic ainsi que les pistes thérapeutiques". Par exemple, le 24 janvier par communiqué, l'Inserm a indiqué que l'équipe de Vittoria Colizza, de l'Institut d'épidémiologie et de santé publique Pierre-Louis a modélisé la diffusion possible de l'épidémie afin de guider les politiques de prévention et de surveillance du virus 2019-nCov, un outil théorique d'aide à la décision publique sans but prédictif. Le modèle est désormais publié, avec les chiffres au 30 janvier, sur Eurosurveillance.

L'OMS organise quant à elle ces 11 et 12 février à Genève (Suisse) un forum mondial sur la recherche et l'innovation afin de faire naître une action internationale en riposte à la flambée épidémique de nouveau coronavirus. Ce dernier dispose d'ailleurs désormais d'une appellation officielle, à savoir Covid-19*. La rencontre devrait aboutir à l'élaboration d'un programme de recherche mondial avec priorités et cadres d'actions à entreprendre en premier lieu. Et doit en outre permettre d'accélérer l'élaboration et l'évaluation des tests diagnostic, de vaccins et médicaments efficaces.


A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours