Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Gestion des risques

Troyes rend obligatoire le dépistage des salariés et résidents d'Ehpad

La ville de Troyes a pris un arrêté d'urgence sanitaire rendant obligatoire la réalisation de tests dans les résidences pour personnes âgées et les Ehpad. Toutefois, l'organisation reste la prérogative de l'ARS.Le 7 avril, la ville de Troyes (Aube) a pris un arrêté d'urgence sanitaire rendant obligatoire la réalisation de tests dans les résidences pour personnes âgées et dans les Ehpad de la ville. Toutefois, l'organisation des dépistages reste la prérogative de l'ARS Grand-Est qui est limitée par le nombre de tests disponibles.

L'arrêté municipal prévoit que les structures concernées "sont tenues de réaliser des tests individuels sur chacun des résidents qu'[elles] accueillent d’une part et sur chacun de leurs salariés d'autre part, permettant de dépister s'ils sont atteints du virus Covid-19 ou non". Huit Ehpad et quatre résidences autonomies sont ainsi concernés. Les intervenants extérieurs prestataires ou bénévoles devront également présenter les résultats d'un test identique. "Ne sont en revanche pas concernés par cette obligation, les médecins, infirmiers et autres personnels médicaux, de même que les services d'accompagnement et d'aide à domicile, dès lors qu'ils sont équipés des matériels de protection individuelle leur permettant de pratiquer leurs actes en toute sécurité sanitaire", précise toutefois le texte.


Dans une vidéo postée sur le site de la mairie le 8 avril, le maire François Baroin reconnaît que ce dépistage reste de la responsabilité de l'ARS Grand-Est. "Notre demande de dépistage systématique n'est que le relais des demandes des familles qui, dans cette grande souffrance psychologique, se retrouvent dans l'impossibilité d'aller voir leurs proches. Nous demandons à l'ARS, car c'est à elle de le faire, d'organiser des dispositifs de tests des personnes les plus fragiles, singulièrement dans les Ehpad. Les maires ne sont que les relais des demandes de la population auprès des autorités", a-t-il expliqué. Sollicité par Hospimedia, l'ARS Grand-Est n'a pas souhaité réagir à l'heure où nous publions.

Emmanuelle Deleplace

À la une

À la une

Finance — La garantie de financement aux établissements de santé est cadrée jusqu'à fin juin

Lire l'article

Dialogue social — Des signatures manquent à l'accord de méthode tripartite de la mission Laforcade

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement