Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Plateau technique

Une base anonymisée des scanners thoraciques se construit pour lutter contre le Covid-19

Une veille des scanners thoraciques s'est mise en place depuis plusieurs jours à l'initiative de la SFR. Une base anonymisée des dossiers en découle désormais pour offrir de nouvelles possibilités aux chercheurs dans la lutte contre le coronavirus.La radiographie thoracique n'est pas performante pour la détection des images en verre dépoli caractéristiques de Covid-19. Elle reste toutefois indiquée pour la surveillance évolutive des patients de réanimation, non transportables. Si une imagerie est indiquée, il faut réaliser un scanner. Telles sont les recommandations de la Société française de radiologie (SFR) depuis le 12 mars dernier. Le scanner thoracique permet précocement d'évoquer les lésions pulmonaires liées au coronavirus. En lien avec l'examen clinique, il aide à définir le degré de gravité de l'atteinte pulmonaire et à orienter le patient vers la structure adaptée. Par contre, il n'y a pas d'indication à réaliser un scanner thoracique à des fins de dépistage chez des patients sans signes de gravité et sans comorbidités, souligne la société savante, qui précise qu'elle peut néanmoins se concevoir chez des patients suspects avec comorbidités, en attente des résultats du dépistage PCR (pour réaction de polymérisation en chaîne).

6 235 scanners Covid en une semaine

Considérant cette étape clé de la réalisation du scanner pour le diagnostic mais aussi pour l'évaluation de la sévérité des cas et leur prise en charge, les établissements de santé ont sécurisé le routage des patients vers des machines dédiées exclusivement au Covid-19. La SFR a alors mis en place le 23 mars une veille radiologique. Ce 2 avril, elle informe que "le premier recueil d'indicateurs [de cette veille] fait état de 6 235 scanners sur 16 762 scanners thoraciques (37%) pour l'exploration d'une atteinte possible par le coronavirus en une semaine". 315 centres français se sont déjà inscrits dans la démarche, se félicite la société savante, qui va désormais plus loin. Elle vient en effet d'initier une nouvelle action nationale qui consiste à colliger les dossiers dans une base anonymisée unique. C'est le projet Fidac. Sous l'égide de Drim France IA (lire notre article) et avec le concours du Collège des enseignants de radiologie de France (Cerf), la SFR se fixe pour objectif "de réunir rapidement plusieurs milliers de dossiers scanographies réalisées pour suspicion d'atteinte pulmonaire liée au Sars-Cov-2 (scanner certain de Covid-19, possible, négatif ou avec une autre pathologie)". La finalité ? "Offrir aux chercheurs institutionnels ou privés [...] des données anomymisées permettant d'identifier des biomarqueurs diagnostiques, pronostiques, des formes particulières, d'analyser le suivi, de corréler les données radiologiques à la PCR, etc."

Concrètement, explique à Hospimedia Jean-Paul Beregi, vice-président de la SFR, vice-président du Cerf et membre du directoire de Drim France IA, la société Nehs Digital* apporte son concours dans la collecte nationale. L'entreprise fournit aussi plusieurs services et prestations, dont le portail centralisé et un hébergement des données de santé pour le temps du partenariat et pour l'exploitation de cette base anonymisée. Le recueil pourra se faire de deux façons soit par un portail centralisé en web-upload, soit par le réseau des serveurs Nexus.

Jean-Paul Beregi ajoute que des programmes de recherche nationaux ou régionaux en cours de constitution pourraient bénéficier de ce dispositif de collecte de données qui seraient alors pseudonymisées dans le respect des obligations règlementaires. Deux premières études, à Paris et Marseille, sont en train de se mettre en place.

Une étude smart data complémentaire

"Si l'acquisition des images prend une poignée de secondes, leur interprétation dans le contexte d'un flux exponentiel et d'une maladie encore méconnue prend nettement plus de temps", pointe la société Keymaging dans un communiqué. Afin de soutenir l'effort collectif, l'entreprise a donc décidé de mettre à disposition des radiologues sa plateforme de comptes rendus structurés de scanner thoracique Keydiag. Au-delà du gain de temps que l'outil concède, une initiative open data se constitue. À partir des termes techniques présents dans les comptes rendus, il sera possible de transmettre quotidiennement aux établissements et aux chercheurs, des indicateurs sur le nombre et la sévérité des cas. Cette analyse smart data permettrait un suivi en temps réel de l'épidémie et une possible prospective. Ceci dans l'anonymat des données des patients puisqu'elles ne transitent pas par la plateforme.


À la une

À la une

Ressources humaines — Le respect du temps de travail des étudiants de 3e cycle doit être "strict et complet"

Lire l'article

Politique de santé — La prévention doit devenir une priorité pour lutter contre la maladie d'Alzheimer

Lire l'article

Usagers — Les salles de consommation à moindre risque sont utiles et doivent être pérennisées

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement