Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.

Articles


Gestion

La DGCS met à l'épreuve son "mode gestion de crise"

La Direction générale de la cohésion sociale a mis en place une cellule de gestion de crise dès fin février. Cette nouvelle organisation temporaire risque fort d'avoir des conséquences à long terme sur le fonctionnement de l'institution.La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) est en plein cœur de la gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Lors d'une interview accordée à Hospimedia, Virginie Lasserre, sa directrice générale, indique que l'institution a mis en place "dès fin février" une cellule de crise, distincte de la cellule de crise nationale de la Direction générale de la santé (DGS) mais "en étroite collaboration". "Nous sommes véritablement interconnectés", a-t-elle déclaré. Ce passage "en mode gestion de crise" se traduit par une mobilisation de "presque toute la DGCS, sachant que nous sommes tous en télétravail". L'idée est de permettre un dialogue à deux sens : "nous faisons des points très réguliers pour informer les acteurs de terrain sur l'évolution épidémique nationale mais aussi, bien sûr, prendre en compte toutes les difficultés qu'eux font remonter". En plus de la trentaine de fiches consignes, réalisées avec la DGS, la DGCS met en place des foires aux questions. Bref "nous essayons de développer tous les outils pour accompagner nos filières métiers". Concrètement, "la cellule de crise veut dire que nous avons mis en place une boîte fonctionnelle", explique la directrice générale, ce qui signifie "beaucoup moins de liens hiérarchiques et des permanences le week-end". En termes d'outils, comme pour bon nombre de structures, "nous découvrons que nous pouvons aussi travailler chez nous, parfois en étant même plus efficace".

Sur le terrain aussi, l'heure est à l'efficacité grâce à des "ordonnances pour rendre plus souple l'organisation du secteur". La crise sanitaire, certes dramatique, permet de mettre en valeur "beaucoup de choses innovantes". Cela risque même de laisser une empreinte durable : "à mon avis, nous garderons pas mal de nouvelles modalités après la crise. Cela transcende fondamentalement les pratiques, déverrouille l'administration et permet d'aller plus loin et plus vite." Ainsi Virginie Lasserre a demandé à ses équipes de garder trace de "beaucoup de solutions qui en réalité sont extrêmement pertinentes et que nous pourrons conserver".

Arrivée en septembre à la DGCS (lire notre article), Virginie Lasserre a assuré : "cela ne fait qu'accélérer ce que je voulais faire", c'est-à-dire décloisonner et permettre "plus de proximité avec le terrain". En revanche, il ne s'agit pas de s'installer définitivement dans un mode de fonctionnement trop intensif. "Mes équipes travaillent d'arrache-pied depuis trois semaines, il faut aussi faire attention au mode gestion de crise qui peut avoir des risques, moi en tant que manager, je me dois d'être vigilante."

Edoxie Allier et Cécile Rabeux

À la une

À la une

Agnès Firmin-Le Bodo, ministre déléguée à l'Organisation territoriale et aux Professions de santé — "Ce ministère incarne une prise de conscience collective de la situation d'urgence"

Lire l'article

E-santé — Le Ségur du numérique a permis d'enclencher une réelle dynamique dans les établissements

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement