Offre de soins

Le CHU Amiens-Picardie est descendu à 51 lits de réanimation

La baisse des patients atteints de Covid-19 a entraîné une réduction du nombre de lits de réanimation dédiés au CHU Amiens-Picardie. Il n'en reste pas moins vigilant et maintient l'accueil de tous les patients.Ayant enregistré une baisse du nombre de patients atteints de Covid-19, le CHU Amiens-Picardie (Somme) a diminué le nombre de lits de réanimation, a indiqué sa directrice générale, Danielle Portal, lors d'une conférence de presse le 22 avril. Au total, l'établissement disposait de 90 lits, dont 60 dédiés spécifiquement au Covid-19. Aujourd'hui, il en compte 51 où 45 patients y sont pris en charge. Une unité Covid-19 de 20 lits a également été fermée.

Le Pr Hervé Dupont, chef du pôle d’anesthésie-réanimation, a expliqué en effet qu'une baisse des admissions de patients ayant besoin d'une réanimation est constatée depuis une semaine. "L'activité baisse de façon nette", a-t-il noté. Une tendance similaire est relevée au niveau des urgences où la régulation remarque une normalisation du nombre d'appels et une diminution du nombre de patients accueillis souffrant du Covid-19. Au même titre que les autres établissements de santé, le CHU d'Amiens s'inquiète en outre de la baisse d'activité aux urgences pour les patients présentant des pathologies graves, a rappelé le Dr Christophe Boyer, chef du pôle médecine d’urgence.

La directrice générale en a aussi profité pour faire un rappel sur l'engagement du CHU dans les projets de recherche liés au Covid-19, une cinquantaine y étant actuellement menée. Il s'agit de projets à promotion extérieure avec des équipes nationales et internationales (une quinzaine) et trente-cinq en interne en cours ou qui démarrent, a détaillé le Pr Olivier Ganry, adjoint au responsable de la direction de la recherche clinique et de l'innovation.

Par ailleurs, l'épidémie de Covid-19 a permis au CHU Amiens-Picardie de voir la téléconsultation se développer en son sein avec Predice. Le planning de départ s'est accéléré sous l'effet des conséquences sanitaires du Covid-19, notamment du confinement, a expliqué Sébastien Florek, directeur des services numériques. L'outil téléconsultation a particulièrement servi pour mettre en place une surveillance deux fois par jour des patients atteints de Covid-19 sans gravité qui ont été renvoyés à leur domicile.

Géraldine Tribault

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours