Gestion des risques

L'AP-HP conserve "une marge" pour monter en puissance face à la vague de Covid-19

S'il n'en est pas encore au stade du débordement que connaissent les hôpitaux alsaciens, le CHU francilien recense chaque jour en réanimation de 20 à 30% de patients supplémentaires pour cause de coronavirus. Une course contre la montre est engagée."Nous avons chaque jour 20 à 30% de patients en plus dans les lits de réanimation." À l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), 135 patients souffrant du coronavirus Covid-19 étaient hospitalisés en réanimation au soir du 15 mars, a relaté à Hospimedia ce 16 mars au matin le président de la commission médicale d'établissement (CME), le Pr Rémi Salomon. "Nous avons encore un peu de potentiel pour aller jusqu'à 200 voire 250 lits."

Les personnels des cliniques en appui

De fait, le CHU francilien s'organise "pour monter en puissance" ces prochains jours, ce qui impliquera de mobiliser d'autres soignants. "Pour l'heure, nous avons encore une marge avec le personnel actuellement en place", note le praticien. Mais si cela continue de monter, l'AP-HP devra faire appel à du personnel des établissements privés environnants, voire, en troisième ligne, en venir à former sur le tas des soignants pas spécialement au fait des règles des pratiques en réanimation. Dans l'attente, son directeur général, Martin Hirsch, a adressé trois vœux à ses personnels : sauver des vies ; rester solidaires et organisés ; passer collectivement cette épreuve pour bâtir "un modèle hospitalier différent". Pour coordonner l'action à l'échelon national, un WhatsApp a par ailleurs été mis en place ces dernières heures entre les présidents de CME de CHU ainsi que celui de la conférence des CME de CH. Comme à l'AP-HP, "pour l'instant, la plupart attendent" la vague qui sévit lourdement en région Grand-Est.


Du gel hydro-alcoolique grâce à LVMH

Sur le terrain, "les personnels ont envie de se rendre utile, ajoute de son côté Rémi Salomon. L'arrêt de toutes les activités programmées a permis de redonner du temps médical disponible. Du coup, les gens nous posent la question : "Alors, qu'est-ce que je peux faire ?" Nous allons avoir une réorganisation et une redistribution des tâches qui va s'opérer dans les jours à venir." Un sujet qui touche également la logistique s'agissant du matériel de réanimation et de protection. "Nous essayons d'anticiper un peu sur une consommation qui va monter avec un problème de stock de masques insuffisants", souligne ainsi l'intéressé. Pour tenter de corriger le tir, l'AP-HP va bénéficier d'un soutien de poids. Le groupe de luxe hexagonal LVMH a en effet demandé le 15 mars à sa branche parfums et cosmétiques de "mobiliser ses capacités de production pour fabriquer et offrir aux pouvoirs publics des quantités importantes de gel hydro-alcoolique". Ceux-ci seront ensuite "livrés gracieusement aux autorités sanitaires françaises, prioritairement" au CHU francilien, écrit le groupe dans un communiqué. Et ce geste perdurera "le temps nécessaire". Dans l'immédiat, cela représente 12 tonnes de gel dès cette première semaine.

Un fonds d'amorçage sur la recherche

Autre partenariat, celui noué avec le laboratoire pharmaceutique Novartis en vue d'accélérer la recherche clinique dans la lutte contre l'épidémie. D'ores et déjà au sein de l'AP-HP, une dizaine de projets de recherche ont été lancés où sont en attente de financement. Mais "dans une période où les équipes cliniques sont très sollicitées, les moyens financiers et humains manquent pour constituer en urgence les cohortes et les collections biologiques dont tous les acteurs de la recherche ont besoin", soulignent les deux acteurs dans un communiqué commun. Trois volets sont mis en avant via ce lien avec la firme française. D'une part, cela passe par "un fonds d'amorçage pour le financement de projets débloqué en urgence par Sanofi pour soutenir l’effort de recherche des équipes de l'AP-HP". D'autre part, l'idée est de "conforter la dynamique des équipes médicales et scientifiques mobilisées" pour trouver les solutions thérapeutiques et relever les défis scientifiques et organisationnels. Il s'agit enfin de "garantir des délais rapides pour le lancement d'essais cliniques" et évaluer ainsi "très vite" de nouveaux médicaments, vaccins et autres projets innovants d'organisation des soins comme le suivi à domicile.

Stationnement gratuit et plus de 500 000 masques à Paris

La ville de Paris a annoncé ce 16 mars la mise à disposition de 500 000 masques aux seuls médecins, infirmiers et personnels de santé de la capitale pour assurer leur protection et celle de leurs patients. "Cette décision vient répondre aux inquiétudes formulées par les représentants de ces professionnels", souligne la municipalité, précisant qu'"un stock complémentaire de masques sera également transféré à l'AP-HP". Sur un tout au registre, "l'ensemble du stationnement dans les rues parisiennes sera rendu gratuit" lui aussi, afin de permettre aux personnels mobilisés dans la gestion de la crise due au Covid-19 de "pouvoir se garer à proximité de leur lieu de travail et de faciliter les visites à domicile".

Thomas Quéguiner

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours