Articles


SSR

Le ministère de la Santé livre ses recommandations dédiées au SSR sur le Covid-19

Maillon entre le MCO et le domicile, les établissements SSR ont un double rôle dans la gestion de l'épidémie de libération de lits de court séjour et de préparation du retour à domicile. Les premières recommandations nationales sont livrées sur l'organisation et la gestion de ces établissements pour l'ensemble des patients.
Dans le cadre du stade 3 de l'épidémie de la maladie Covid-19, une fiche, mise en ligne le 24 mars, du ministère des Solidarités et de la Santé détaille les recommandations sur la conduite à tenir des établissements SSR. Elles recoupent majoritairement les orientations (à télécharger ci-dessous) prises dans la région Île-de-France. "Les recommandations proposées doivent permettre aux établissements SSR de maintenir et d'adapter leur capacité de réponse aux demandes des établissements de court séjour, tout en évitant la propagation de l'épidémie au sein de leurs structures", précise le ministère. Comme pour les structures MCO, la déprogrammation des activités non urgentes s'est déjà déroulée.

Entre l'accueil de patients fragiles et vulnérables au virus Sars-Cov-2 dans l'ensemble des filières et la prise en charge dédiée de patients atteints du Covid-19, les établissements SSR doivent s'organiser pour répondre à ces deux défis. Les procédures d'admission accélérées des demandes de structures MCO pour libérer des lits de court séjour dans les services de réanimation, soins continus, de pneumologie, de maladies infectieuses et de médecine. À cet effet, les adaptations de l'outil ViaTrajectoire sont spécifiées pour fluidifier le lien avec le MCO.

Accès restreint aux plateaux techniques

Pour l'ensemble des établissements, le ministère recommande de limiter l'accès aux plateaux techniques. La rééducation se fait ainsi prioritairement en chambre, dans le respect des mesures barrières. Le nombre de patients présents au même moment sur le plateau est limité — l'accès est interdit pour les patients atteints du Covid-19 et les sujets contacts. Les balnéothérapies chlorées sont également limitées, sur la base d'une analyse bénéfice-risque par patient — les balnéothérapies sans chlore sont proscrites.

Quant à l'hospitalisation de jour (HDJ), le mot d'ordre est de la réserver "aux seules situations d'urgence et aux soins indispensables pour éviter les pertes de chance, les complications et/ou les réhospitalisations". Une appréciation médicale de chaque patient est ainsi indispensable avec, dans l'idéal, une retranscription de la réflexion dans le dossier patient. "Si le maintien en HDJ est irréalisable au vu de la population accueillie ou du contexte propre à l'établissement et que le renvoi à domicile génère une perte de chance pour le patient, l'établissement doit envisager de transformer la venue en hospitalisation de jour en séjour d'hospitalisation complète", complète le ministère.

Les pouvoirs publics conseillent également de limiter, voire d'interdire les activités collectives (ateliers comme prises de repas). Les visites à domicile des équipes mobiles sont circonscrites, en dehors des situations d'urgence, afin d'éviter une réhospitalisation ou d'accélérer le retour à domicile. La règle pour les visites comme les autorisations de sortie est par ailleurs l'interdiction, avec des exceptions pour des cas justifiés.

Une filière spécifique Covid

"Les patients non symptomatiques et non diagnostiqués Covid+ n'ont pas à être isolés mais doivent respecter les mesures de distanciation. L'isolement ne s'applique qu'aux patients Covid+ et aux patients contacts", poursuit le ministère. Il détaille, dans sa fiche, la filière des patients atteints de Covid-19 en sortie de court séjour en fonction de besoins. Le repérage et le dépistage de patients sont également précisés. Comme pour les Ehpad, la règle est de cesser la détection au delà de trois cas positifs.

"Dans tous les cas, les patients Covid+ doivent être intégrés dans des circuits physiques de prise en charge dédiés", résume le ministère. Une adaptation de l'organisation est ainsi nécessaire pour garantir l'isolement de ces patients en chambre individuelle. L'identification d'un secteur ou d'une entité géographique est recommandée sans être obligatoire. Les mesures de protection sont en revanche indispensables pour l'ensemble des professionnels en contact.

Jérôme Robillard

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours