Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.
Ressources humaines

Les directeurs des soins veillent à maintenir le lien au cœur de la crise sanitaire

Ils sont les paramédicaux des corps de direction. Les directeurs des soins, en établissement ou institut de formation, sont pleinement mobilisés dans la crise sanitaire. Ils coordonnent, écoutent, font le lien entre prise de décision et déclinaison.Ce 4 avril, l'Association française des directeurs des soins (AFDS) salue la "ressource puissante" que constituent les soignants qui font preuve, en cette période de pandémie de Covid-19, "d'efficacité, de détermination et de courage". Mais ce corps de direction, au cœur de la crise sanitaire, est lui aussi fortement mobilisé.

Au cœur de la cellule de crise

Selon l'AFDS, ils sont les paramédicaux du "triumvirat" de direction des établissements de santé. Dans la gestion de cette crise, leur mission est plurielle. D'abord, coordonner. "Les directeurs de soins, avec les présidents de commissions médicales d'établissement (CME) et directeurs, animent la cellule de crise de chaque établissement. Ce sont eux qui, formés au management, à la gestion et à la coordination d'équipes, pilotent les mises en œuvre des décisions prises au sein de ces cellules", explique à Hospimedia le président de l'AFDS, Francis Mangeonjean. Le directeur des soins a donc pour mission de faire le lien entre cellule de crise et encadrement. "Nous devons veiller à la cohérence de l'ensemble", résume le président.

Cela passe aussi par des échanges constants avec les autres directions de l'établissement, comme les ressources humaines ou la logistique. "C'est d'autant plus important en cette période de crise, sur la question des mises à disposition par exemple", confie Francis Mangeonjean. Avec la communauté médico-soignante, ils contribuent en outre à l’ajustement des besoins en hospitalisation et organisent la reconversion des services afin de mettre à niveau l'établissement, notamment, en lits de réanimation.
Je crois qu'on peut dire tout simplement qu'il y a de la fierté à encadrer de telles équipes. Nous savons que les troupes commencent à fatiguer et pourtant il faut que la mobilisation s'inscrive dans la durée.
Francis Mangeonjean, président de l'AFDS
Le lien se tisse aussi avec l'extérieur, avec les tutelles, ARS et préfectures notamment, mais aussi les autres établissements du territoire, comme les membres du groupement hospitalier (GHT), qu'il s'agisse de structures sanitaires ou médico-sociales. "Nous avons des échanges permanents avec les Ehpad, avec la psychiatrie du territoire, pour l'ajustement des équipes", décrit Francis Mangeonjean.

Trouver du renfort et préserver les équipes

Trouver du renfort est une priorité en ces temps de crise. Mais préserver les équipes en place est tout aussi important Accompagner, soutenir, écouter les équipes, c'est aussi l'un des rôles du directeur des soins. "Les équipes en première ligne donnent tout ce qu'elles peuvent donner. Je crois qu'on peut dire tout simplement qu'il y a de la fierté à encadrer de telles équipes. Nous savons que les troupes commencent à fatiguer et pourtant il faut que la mobilisation s'inscrive dans la durée. Il est important d'être à l'écoute de chacun", reconnaît le président de l'AFDS. Être à l'écoute, cela signifie apporter un soutien psychologique mais pas seulement.

La priorité ? "Faciliter leur quotidien et, pour cela, il faut aussi être à l'écoute. Les équipes sont une formidable force de proposition." Comme dans cet établissement du Grand-Est dans lequel le fonctionnement se fait en "trois-huit". Certains personnels ont suggéré, pour s'adapter à la crise, de passer en 12 heures. Le directeur des soins a approuvé : "Il faut s'adapter et avoir confiance en la capacité de proposition des équipes, ce sont elles qui sont touchées directement par les organisations." D'ailleurs, les directeurs des soins peuvent compter sur leur réseau — celui de l'AFDS qui compte 450 membres — pour échanger leurs expériences et idées. Cela se fait par une application de messagerie notamment.
Nous n'avons jamais traversé une telle crise sanitaire, on va vers l'inconnu, on s'adapte en permanence, on voit au jour le jour.
Francis Mangeonjean, président de l'AFDS

Une crise sanitaire inédite

Francis Mangeonjean le reconnaît avec humilité : "Nous n'avons jamais traversé une telle crise sanitaire, on va vers l'inconnu, on s'adapte en permanence, on voit au jour le jour." Les directives et recommandations évoluent aussi constamment, les directeurs des soins veillent au grain pour faire redescendre ce flot continu d'information vers les cadres. Mais le corps des directeurs des soins n'officie pas qu'en établissement, il œuvre aussi à la tête des instituts de formation. Ils sont à ce titre tout aussi mobilisés. D'abord parce qu'il faut assurer au sein de ces structures la continuité des enseignements. Mais aussi parce que les formateurs de ces instituts sont à l'œuvre dans les établissements de santé pour former au besoin les personnels volontaires vers les services de réanimation par exemple. "Il y a un engagement très fort des instituts et puis n'oublions pas les étudiants, qui sont très présents, très volontaires pour aider les professionnels", ajoute Francis Mangeonjean.

Finalement, cette crise met aussi en lumière le lien fort entre chaque maillon de la chaîne. "C'est un travail d'équipe entre médicaux, paramédicaux, directions, administratifs", résume le président de l'AFDS. Et dans ce collectif, les directeurs des soins entendent jouer pleinement leur rôle. "Je crois que le plus qu'on peut apporter, c'est la sérénité. Nous devons rester sereins pour le transmettre aux équipes", confie Francis Mangeonjean. Une sérénité indispensable pour affronter la suite.

Clémence Nayrac

À la une

À la une

Dialogue social — La nouvelle composition de l'instance de sélection des DH ne réjouit pas les syndicats

Lire l'article

Dialogue social — La convention collective unique des particuliers employeurs entrera en vigueur en 2022

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement