Gestion des risques

La CNSA plaide pour une approche "de confiance et de responsabilité" sur le terrain


Mis à jour le
- Mis à jour le

L'épidémie de coronavirus prend de l'ampleur. Pour faire face à la vague et répondre à l'urgence, le terrain doit pouvoir agir sans nécessairement passer par les canaux habituels d'autorisation, estime le comité stratégique de la CNSA. Constituée en cellule de crise, l'instance diffuse un document de cadrage pour épauler les professionnels.
Information mise à jour : Le comité stratégique du conseil de la CNSA diffuse un second outil, qui complète le document publié le 27 mars (à télécharger ci-dessous). Cette feuille de route type doit permettre de renforcer l'autonomie d'action des acteurs de terrain et des personnes elles-mêmes. Le document, qui "constitue un outil ouvert et ajustable", répond à deux objectifs : libérer, faciliter et sécuriser la prise d'initiative et suivre régulièrement les alertes du terrain, à des fins de résolution rapide.

La crise épidémique, qui n'a pas encore atteint son pic, "va toucher tout notre pays dans des proportions que l'on ose à peine imaginer", reconnaît Marie-Anne Montchamp, présidente du conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Pour épauler le secteur médico-social dans ce contexte exceptionnel, l'instance a fait le choix "d'une organisation en cellule de crise" avec le comité stratégique du conseil de la CNSA, qui représente l'ensemble des acteurs et secteurs du champ médico-social, indique-t-elle lors d'un point presse ce 27 mars. Réunie en urgence le 26 mars, cette cellule de crise a validé la diffusion générale de deux documents, une note de cadrage ce jour et un outil plus pratique dès le 30 mars (à télécharger ci-dessous).

Sécuriser les initiatives de terrain

L'ampleur de la crise sanitaire implique d'inverser le mécanisme de décision, estime le comité stratégique. "Une guerre comme celle-là ne se gagne pas uniquement par une organisation centralisée", lance Marie-Anne Montchamp. L'instance soutient dès lors un changement dans les prises de décision, pour soutenir et sécuriser juridiquement les initiatives qui permettent de répondre, dans l'urgence, aux besoins des personnes accompagnées. Elle plaide pour une approche "de confiance et de responsabilité". "Nous n'avons plus le temps d'utiliser les chemins habituels pour obtenir des autorisations, des permissions", insiste la présidente.

À côté du front de l'hôpital, "essentiel", se tient celui du domicile au sens large, rappelle-t-elle. Ce deuxième front, détaille la présidente, regroupe celui des établissements d'hébergement pour personnes âgées et handicapées et celui de l'aide à domicile, et il va devoir "gérer une urgence absolue". Dans certains territoires, souligne-t-elle, les réponses doivent être trouvées en moins de deux heures. Une approche dérogatoire est alors indispensable pour le comité. Plus concrètement, il encourage les initiatives de terrain et appelle les acteurs du médico-social, en cas de doute, à les remonter à leur réseau. L'instance s'engage alors à faire en sorte que ces questionnements soient entendus "et traités dans des délais très courts". L'objectif : sécuriser les interventions indispensables.

Faire face aux situations et aux risques

La communication urgente du comité stratégique du conseil de la CNSA s'intitule Le confinement domiciliaire dans le cadre de l'État d'urgence. Cette note de cadrage "a vocation à permettre à chaque acteur jusqu'à la personne, d'établir sa propre feuille de route et son propre plan d'action". Il s'agit, pour la caisse, "de garantir que chaque partie prenante aura, en urgence, en anticipation et dans la durée du confinement domiciliaire, les moyens de faire face aux situations et aux risques auxquels elle est confrontée".
Cette note sera complétée par une "feuille de route opérationnelle type", qui aura un double objectif : faciliter la prise d'initiative et suivre régulièrement les alertes "à des fins de résolutions rapides", dans un laps de temps infrajournalier.

Renforcer les ressources humaines

Déjà fragilisé sur le plan des ressources humaines, le secteur médico-social doit faire face aux absences des professionnels. Pour Marie-Anne Montchamp, les établissements et services doivent bénéficier d'une "véritable mobilisation" pour qu'une réserve de personnels d'accompagnement puisse se préparer à intervenir. Le bénévolat, "fondamental", doit cependant être un complément d'une réponse professionnelle, reprend la présidente. "Nous ne pouvons pas précariser les accompagnements avec des réponses qui ne seraient pas appropriées."

Les moyens matériels, comme partout ailleurs, manquent. "Si des tests ne sont pas mis à disposition de certains personnels au domicile et en établissement nous allons nous exposer à amplifier la vague et à faire échec au confinement", prévient-elle. Par ailleurs, la "distribution des masques est beaucoup trop aléatoire". Sur ces sujets, Marie-Anne Montchamp appelle également à privilégier une réponse de terrain et à favoriser et soutenir les initiatives des acteurs locaux. La question de l'accès à l'oxygène se posera également.

Garantir des concours financiers

Le pic de l'épidémie n'est pas encore là, aussi il faut "anticiper", martèle Marie-Anne Montchamp, "pour ne pas se retrouver devant un mur". La question des financements se pose, ajoute-t-elle. Pour les établissements mais particulièrement pour le secteur de l'aide à domicile. "L'État doit garantir que des concours financiers arriveront dans des délais extrêmement courts."

La question du glissement de tâches, elle aussi, doit être anticipée. "Cela va devenir, dans certaines situations, quelque chose de récurrent" et de nécessaire, poursuit la présidente de la CNSA. "Il faut en avoir connaissance", et que les professionnels puissent y avoir recours, dans cette situation d'urgence.

Cécile Rabeux

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours