Plus que jamais en cette période de crise et de désinformation, la mission des journalistes d'HOSPIMEDIA est d'analyser et de vérifier les informations des secteurs sanitaire et médico-social. Notre rédaction vous garantit ainsi des contenus fiables et exclusifs.
En savoir plus sur notre traitement de l'information.

Articles


Qualité

La crise Covid-19 replace la relation humaine et le partage au centre du travail social

Des travailleurs sociaux se sont interrogés, à l'occasion d'une table ronde, sur l'effet du confinement sur les pratiques. Libérés des contraintes administratives et budgétaires, ils ont l'impression de revenir aux fondamentaux du travail éducatif.Staffsocial* et la société de formation Epsilon Melia ont organisé le 27 avril une table ronde sur Facebook sur le thème : "Le confinement, vecteur de changement dans les pratiques pour les structures sociales et sociales". En ces temps difficiles et anxiogènes, de nombreux professionnels témoignent d'un retour aux sources où l'intelligence collective et la relation d'aide prennent le pas sur les contingences réglementaires et budgétaires, et où de nouvelles coopérations se construisent avec les familles. La crise a ouvert un nouvel espace des possibles. Qu'en restera-t-il ?

Un nouvel espace des possibles

"Ce qui est fascinant c'est le renversement des valeurs. Des initiatives qui apparaissaient il y a encore quelques semaines comme impensables s’imposent aujourd'hui comme une nécessité", explique en ouverture Éric Waroquet, ancien directeur d'établissement et cofondateur d'Epsilon Melia. "À l'annonce du confinement, nous avons été nombreux à penser que nos structures allaient exploser, que les internats qui restaient ouverts, notamment pour les personnes avec des troubles du comportement, allaient devoir affronter la peur, l'angoisse, la décompensation et la violence des usagers, analyse le spécialiste. Au final peut-être parce qu'il y avait moins d'enjeux sur les apprentissages, l'avancée des projets individuels, on a découvert à l'inverse des usagers apaisés. Alors certes, il y a eu des incidents mais on ne peut pas dire que ça ait dégénéré et au contraire nous avons assisté à une formidable capacité des équipes à expérimenter, se renouveler et aujourd'hui on en mesure les bénéfices collectifs."

Éric Waroquet ne nie pas que la situation reste éprouvante tant pour les professionnels que les usagers. Nombreux sont ceux qui y laisseront des plumes, notamment dans les équipes qui ont dû affronter un taux important d'absentéisme. "Nous avons tous dû faire face à une injonction paradoxale : aller travailler tout en restant chez nous pour sauver des vies. Et finalement jamais l'intime n'a autant percuté la sphère professionnelle, commente Agnès Jégo, thérapeute familiale. Il faudra être vigilant dans l'après, pour ne pas juger ceux qui n'ont pas pu être présents."

Les verrous administratifs et budgétaires ont sauté

Plusieurs lignes de force émergent des groupes d'analyse de pratiques qu'a animé Epsilon Melia pendant la crise sanitaire. Les équipes ont construit à distance de nouvelles relations avec les familles et se sont, à distance comme en présentiel, senties libérées des contraintes administratives et budgétaires. "Le parent devient le premier observateur de l'enfant et le lien avec le professionnel a changé. De plus, certaines familles ont repris confiance en elles sur leur capacité à accompagner leur enfant différent", analyse Stéphanie Rohrbach, éducatrice spécialisée et formatrice sur l'autisme. "Les professionnels ont pu se libérer des écrits tant dans le cadre des projets individualisés, que des reportings pour les évaluations pour se concentrer sur la relation humaine", ajoute Éric Waroquet.

Proximité entre les cadres et les équipes

"Les cadres ont remis leur bleu de travail et ils en sont ravis, analyse Cédric Lopez qui anime des groupes d'analyse de pratiques qui leur sont dédiés. Beaucoup me disent qu'ils avaient choisi des fonctions de direction pour faire profiter leur équipe de leur expérience et qu'ils avaient l'impression de se noyer dans un travail administratif et qu'entre les contraintes administratives et financières, ils avaient perdu le sens de l'humain. Là ils se disent qu'ils ont découvert ou redécouvert leurs collaborateurs, qu'ensemble ils ont réussi rapidement à prendre les bonnes solutions. Et cela d'autant plus facilement que les robinets financiers étaient ouverts."

Un avis partagé par la base : "Je suis éducatrice depuis vingt ans et je n'ai jamais vu un chef de service aussi présent", commente une internaute. Une autre ajoute : "Le temps du confinement a permis de retrouver du temps éducatif. On a réinvesti un temps précieux qui demeure le cœur de notre travail et dont on avait perdu le sens." Pour tous ces professionnels, il y aura un avant et un après-Covid-19. La crise les a contraints de revenir aux fondamentaux de la prise en charge éducative, et visiblement ils y trouvent leur compte. Mais réussiront-ils à garder cette agilité dans un contexte plus normé ?

Emmanuelle Deleplace

À la une

À la une

Formation — La direction des instituts pourrait s'ouvrir aux titulaires de master en management

Lire l'article

Politique de santé — La proposition de loi d'application du Ségur de la santé est votée

Lire l'article

Recherche — Les sciences humaines et sociales aident à modéliser les prises en charge de l'autisme

Lire l'article

HOSPIMEDIA,
l'information indispensable aux décideurs de la santé

  • Une édition envoyée chaque matin par email avec l'essentiel de l'actualité
  • La couverture complète du sanitaire et du médico-social sur toute la France
  • L'indépendance journalistique, garantie sans publicité
  • Tester gratuitement