Articles


Qualité

La HAS livre les clés pour une "éthique de la décision" médico-sociale pendant la crise

Le Covid-19 bouscule les relations sociales des usagers du médico-social. Face aux mesures plus contraignantes imposées à une population fragile, la HAS plaide pour l'information, l'appropriation des gestes et la coconstruction des aménagements.La Haute Autorité de santé (HAS) livre ce 9 mai deux nouveaux documents aux professionnels du secteur social ou médico-social. Expériences de terrain à l'appui, ceux-ci se consacrent à la question des mesures barrières et de leur impact sur les usagers mais également à la notion éthique d'équilibre entre protection et autonomie des personnes accompagnées (à télécharger ci-dessous). Objectif : partager les bonnes pratiques pour une prise en charge adaptée en période épidémique de Covid-19.

"Plus contraignantes que celles imposées à la population générale", les mesures barrières mises en place dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux entendent protéger une population de fait plus à risque. Paradoxalement, celles-ci ont également "pu renforcer les fragilités de personnes déjà vulnérables", estime la HAS en évoquant les conséquences du confinement sur leur santé physique et psychique. Dans ce contexte, la haute autorité rappelle l'importance de leur mise en place de manière concertée et partagée ainsi que de leur bonne compréhension par les usagers.

Une information "claire, complète et appropriée"

La HAS plaide à ce titre pour une information "claire, complète et appropriée" sur le virus et ses risques. Parmi les alliés des équipes médico-sociales ? La communication positive, centrée autour des mesures de protection plutôt que sur les interdits, en tablant sur la diversité des supports en l'adaptant et en l'individualisant. Il est également conseillé d'accompagner à l'appropriation des mesures barrières par la pédagogie, en les intégrant notamment dans la routine de la personne.

Devant l'inévitable limitation des relations sociales induites par ces mesures, les professionnels sont par ailleurs invités à maintenir autant que possible la qualité du lien social de la personne, notamment en adaptant le protocole mis en œuvre pour les soins "de façon à maintenir la qualité de la relation tout en assurant un niveau de sécurité élevé". Pour ce faire, ils devront évaluer de manière continue le ressenti des personnes en matière de vécu émotionnel, affectif et de qualité de vie, au regard notamment du projet personnalisé, tout en évaluant individuellement les bénéfices et les risques liés à la mise en place de mesures barrières.

Compenser, aménager... en coconstruction

Est préconisé de compenser les éventuels manques relationnels "par d'autres marques d'attention, d'attachement, d'affection". Outre le recours au numérique, des aménagements de l'organisation de la vie collective peuvent également être pensés pour maintenir la convivialité et les relations sociales malgré les mesures barrières. À condition de les coconstruire. Pour cause, rappelle l'instance : "Il est primordial que ces mesures fassent sens pour la personne pour qu'elle puisse s'autodéterminer."

Considérant que la crise sanitaire "fragilise" l'équilibre entre la protection des personnes et leur autodétermination, la HAS a en parallèle élaboré une liste non exhaustive des initiatives terrain à même d'asseoir la participation des usagers. Car, rappelle-t-elle, "l'urgence ne peut pas justifier les atteintes graves aux libertés et aux droits fondamentaux de la personne". Amenées à être enrichies, ces illustrations pratiques visent à aider à "préserver une éthique de la décision sous contrainte de sécurité sanitaire".

Agathe Moret

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours