Système d'information

L'ATIH fournit ses consignes de codage du coronavirus en MCO, HAD et SSR


Mis à jour le
- Mis à jour le

Dans le cadre du PMSI, quatre extensions au code originel "U07.1 Covid-19" ont été créées par l'ATIH. Objectif affiché : décrire le plus précisément possible toutes les situations cliniques liées au coronavirus.
Information mise à jour : Les consignes de l'ATIH pour coder correctement le Covid-19, initialement centrées sur le seul champ MCO, puis élargies après coup à l'HAD, ont été à nouveau complétées le 23 mars pour englober les SSR (à télécharger ci-dessous).

L'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) a publié ce 18 mars ses consignes de codage des séjours liés au coronavirus Covid-19 produites pour le programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) des établissements MCO (à télécharger ci-dessous). Afin de répondre au besoin de description de toutes les situations cliniques liées au virus, des extensions au code "U07.1 Covid-19" ont en effet été créées. "Il est désormais possible de repérer précisément, au-delà des cas confirmés, les cas possibles ou probables non confirmés, ainsi que les cas confirmés asymptomatiques", signale l'ATIH. Et ces définitions correspondent à la dernière version à jour communiquée par Santé publique France.

Quatre extensions à la CIM-10

Concrètement, et comme elle l'avait déjà laissé entendre la veille (lire ici et nos articles), ces extensions dans la CIM-10* sont au nombre de quatre :
  • "U07.10 Covid-19, confirmé", c'est-à-dire un cas clinique avec une infection respiratoire aiguë ou une détresse respiratoire confirmé par la biologie ;
  • "U07.11 Covid-19, non confirmé", avec ici soit un cas clinique comprenant là encore une infection respiratoire aiguë ou une détresse respiratoire mais non confirmé par la biologie ; soit un cas possible (symptomatique) ou probable ;
  • "U07.12 porteur de SARS-CoV-2 asymptomatique ou pauci symptomatique", c'est-à-dire un patient sans infection respiratoire aiguë ;
  • "U07.13 autres examens et mises en observations en lien avec l'épidémie Covid-19", pour toute personne contact, personne co-exposée ou cas possible secondairement infirmé.
En résumé, souligne l'ATIH, les codes à utiliser pour les cas confirmés par la biologie "sont U07.10 pour les patients symptomatiques et U07.12 pour les patients asymptomatiques ou pauci-symptomatiques. U07.11 sera utilisé pour les cas possibles ou probables, symptomatiques, sans confirmation biologique."

Par ailleurs, se greffent à cela deux consignes de codage, selon que le motif d'admission est ou non en lien avec l'infection. Dans la première possibilité et en fonction des situations, "les codes U07.10, U07.11 et U07.12 peuvent être placés en diagnostic principal", complète l'ATIH. Cependant, "le code U07.13 ne peut être codé qu'en position de diagnostic associé". Concernant la deuxième possibilité, le diagnostic principal sera déterminé en fonction de la situation clinique en sachant que "tous les codes étendus de U07.1 peuvent être utilisés en position de diagnostic associé", prévient l'agence. À noter enfin que les impacts sur le groupage MCO seront précisées sur la plateforme e-PMSI.

La nature du séjour en HAD

S'agissant de l'HAD et toujours en fonction des situations, les codes U07.10, U07.11 et U07.12 peuvent être placés en diagnostic principal (DP), ou en diagnostic correspondant au mode de prise en charge principal (DCMPP) voire en diagnostic correspondant au mode de prise en charge associé (DCMPA), signale l'ATIH. "En revanche, le code U07.13 ne peut être codé qu'en position de DCMPP ou DCMPA et non en position de diagnostic principal, avertit l'agence. Tous les codes étendus peuvent être codés en diagnostic associé (DA) quand ils décrivent des affections qui ne sont pas directement liées au mode de prise en charge principal (MPP) ou associé (MPA)."

En situation de surveillance, si le motif d'admission est en lien avec l'infection Covid-19, l'identification dans le PMSI peut par ailleurs s'effectuer "par la codification de la nature du séjour nouvellement introduite "05 Surveillance" et par le MPP "08 Autres traitements"". Le diagnostic principal sera quant à lui codé "CIM-10 U07.10 Covid-19, confirmé" ou "U07.11 Covid-19, non confirmé". En situation de traitement, dès lors qu'une complication motive l'admission et mobilise l'essentiel des soins, "le DP reste le U07.10 ou le U07.11 (le code décrit toutes les manifestations du Covid-19) et la complication sera codée en DCMPP". Dans ce cas, la nature du séjour peut être le "07 Soins ponctuels" si la durée de séjour est prévisible à l'entrée ou le "08 Soins complexes", illustre l'ATIH.

Diagnostic associé en SSR

Concernant les SSR, l'ATIH précise que "les codes U07.10, U07.11 et U07.12 peuvent être placés en manifestation morbide principale (MMP) ou en affection étiologique (AE) ou en diagnostic associé significatif (DAS)". En revanche, avertit l'agence, si le code U07.13 ne peut être codé qu'en position de diagnostic associé significatif, tous les codes étendus de U07.1 peuvent être utilisés en position de diagnostic associé (DA).

Thomas Quéguiner

A propos d'HOSPIMEDIA


HOSPIMEDIA
  • L'info clé tous les matins dans votre boîte mail
  • La couverture d'un spécialiste sur le secteur sanitaire et médico-social
  • L'objectivité garantie
  • Plus de 3 000 structures abonnées

Suivez toute l'actualité

Testez gratuitement pendant 30 jours